Un solstice d'été local et réparti pour juin 2020

Après mûre réflexion, il a été décidé pour la Clairière de la Rivière Chantante de ne pas se réunir pour le solstice d'été du mois de juin 2020.

Cette année, le solstice d'été au lieu le 20 juin à 21h43m, c'est demain soir que ce cap précis sera franchi !

À moins que vous le célébriez par ailleurs, vous avez le loisir de le célébrer chez vous, à votre convenance un jour proche de cette date. Des éléments vous seront donnés à la fin de cet article.

Le solstice d'été marque l'inclinaison la plus grande entre le soleil et l'équateur (cet angle est appelé déclinaison), donc aussi entre le soleil et l'horizon au cours de cette journée. Pendant quelques jours autour de cet événement particulier, le soleil paraît stationnaire dans le ciel et nous vivons les journées éclairées les plus longues de l'année.

La Terre lors du solstice d'été de l'hémisphère nord, licence CC-BY-SA Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:La_Terre_au_solstice_d'été.png?userlang=fr
La Terre lors du solstice d'été de l'hémisphère nord, licence CC-BY-SA Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:La_Terre_au_solstice_d'été.png?userlang=fr

Dans la symbolique associée à cet événement, nous en profitons pour nous affirmer dans notre être et dans nos projets au devant du monde.

C'est donc assez particulier de ne pas chercher à se retrouver pour cette fête au sein de la clairière. Nous pouvons néanmoins nous adapter et construire une intention qui a du sens au regard de la réalité. C'est le plus important.

Ainsi, notre clairière est encore petite, ses participants occasionnels ou réguliers sont répartis à quelque distance, les réunions nous rassemblent à quelques-un⋅es seulement.

Au vu du contexte dans lequel nous vivons en rapport avec l'épidémie qui nous a contraint⋅es tout un chacune à rester chez soi. Si nous pouvons désormais nous déplacer plus librement, il reste prudent de ne pas multiplier les rencontres et longs déplacements, en attendant de voir l'évolution.

Pendant cette période, selon ce que nous avons vécu, soit nous avons subi la vague et ses répercussions de plein fouet parce que directement concerné⋅es, soit nous avons eu l'opportunité de vivre à un rythme subitement cassé, décontraint de la cadence de la dynamique sociétale.

Ainsi, en restant au plus près de chez soi, nous économisons notre énergie, soit parce que nous avons besoin de récupérer, soit parce que nous entretenons ce rythme ralenti. Toujours est-il que c'est l'occasion d'affirmer ce rythme différent, de rencontrer la puissance solaire dans une dynamique différente de celle de l'ordinaire. C'est là que d'une situation perturbatrice, quelque chose de novateur peut émerger, paraître au grand jour pour parler "en termes solsticiaux".

C'est à cela que je vous invite dans cette célébration individuelle. Bien entendu, cette célébration est à vous, vous la voyez comme vous voulez, ce n'est qu'une piste d'inspiration.

Dans l'optique de ce rythme qui s'est cassé, nous pouvons nous référer à l'arbre, aux plantes, au monde végétal. Et ça tombe bien, l'arbre et les herbes sont à l'honneur au solstice d'été.

En effet, les végétaux, dont les arbres et les herbes font partie, partagent une caractéristique particulière, la photosynthèse : par ce procédé, ils emmagazinent de la lumière et...

Lumière sur la Nouvelle Lune de Printemps 3891mt (mars 2020)

Le 24 mars 2020, je célébrais la nouvelle lune, c'était la nouvelle lune de printemps, celle de l'année 3891 depuis l'ère de la bataille de Mag Tured.

À l'issue de cette nouvelle lune, il m'est venu un élan, celui d'écrire un mot dans ce journal. Initialement entamée le 31 mars 2020, c'est-à-dire au premier quartier, l'écriture de celui-ci s'achèvera en fin de compte, seulement après la pleine lune qui suit.

Si cela me contrariait dans mon élan, c'est tout simplement la réalité, et il rend compte du temps de maturation. Ce que nous apprend d'ailleurs le cycle de la lune...

Quelques explications s'imposent...

J'ai entamé le mouvement lunaire depuis la pleine lune de février 2019. C'est-à-dire, tout juste 13 lunes plus tôt, un peu plus d'un an donc, la nouvelle lune de mars faisant dès lors partie d'un nouveau cycle.

Chose amusante, l'élan pour cet article, c'est aussi tout juste 13 lunes après la naissance de ce site. L'un et l'autre se sont suivies de près. L'ouverture du site et ma participation aux célébrations lunaires. Si, pas grand chose n'est visible sur le sitedepuis sa création, il y a des choses qui avancent en arrière-plan.

Ce mouvement lunaire, je le suis auprès des ateliers et célébrations d'Agathe, des Éclaireuses holistiques. Il m'a appris dans un premier temps une nouvelle reliance, et dans un second temps, en m'inscrivant dans la durée, un nouveau rythme. Les pleines lunes se font désormais sous la forme d'une guidance à distance. Autre amusement, le thème est le même que celui de ce site : Les rendez-vous d'Avalon :)

Ce mouvement et cette reliance à la lune, c'est quelque chose que transmet aussi Guillemette, dans une autre expression, chaque femme et individu ayant sa touche propre. L'article la voie du féminin sur son site vous donne les points clés de son approche, vous trouverez aussi sur cette page, un document complet, détaillé avec une réflexion intérieure pratique sur ce thème.

Ce mouvement, ce cycle, vient compléter le cycle solaire que je vis et j'expérimente dans mon chemin celtique et druidique depuis plusieurs années. J'en parle plus loin, c'est de là que vient l'année "3891mt". Je reste sur la lune, car c'est d'elle qu'est partie le mouvement pour ce texte.

Je parlais d'une nouvelle reliance. Celle de se mettre en connexion avec la lune, de se mettre en phase avec elle, selon son expression dans le cycle (sa phase :) et ses interactions avec les autres astres de notre système solaire (l'astrologie).

Cette nouvelle lune de printemps, en raison de la situation particulière du confinement en ce moment, a pris la forme d'une guidance à distance.

Au cours de celle-ci, me laissant guider par le thème et le déroulement de la méditation, une question m'habitait et venait s'accrocher à mon esprit : "Qu'est-ce que je pouvais apporter aujourd'hui ?".

Les premières idées qui me venaient, c'étaient mes projets du Celtivers. Ceux que j'évoque sur ce site. Mettre en place des outils informatiques éthiques pour relier nos communautés. Mais ils n'étaient pas achevés, ils sont toujours en cours de préparation. Et, puis, plus intérieurement, je me suis rendu compte qu'un autre tintement se faisait entendre, c'était "Quel apport spirituel ?".

Alors, très vite, me vient mon cheminement celtique et bardique. Avec, la sempiternelle rengaine "Quand j'aurai les talents bardiques, je ...". Mais, comme c'est le cas quand la méditation opère vraiment, vient un moment où survient le lâcher-prise et sa réponse qui coule de source : "C'est maintenant, en étant ce que je suis." En effet, "en attendant, je suis ce que je suis". Et c'est sans doute la première étape et primordiale à recevoir et à transmettre, d'être là où nous sommes, dans la pleine acceptation de cela. Cela est vrai aussi au niveau de la société. Nous sommes à un seuil, où une transition est nécessaire. Ce qui a été a été, a eu sa raison d'être, ses apports et ses enseignements. Nous nous heurtons aux limites de ce fonctionnement, un autrement est nécessaire.

Voilà, la réponse était limpide et son effet intérieur tel, qu'il vérifie que la réponse sonne juste. Sauf que c'est un premier pas, la reconnaissance et recouvrance intérieure, il en faut un deuxième pour lui donner une réalité concrète : une expression extérieure. À nouveau, comme chaque fois que la méditation opère vraiment, la réponse vient. À l'issue de la méditation, j'allais me remettre à animer et nourrir ce site, "à partir de qui je suis où je suis", cela me permettra de suivre une trace, et, j'espère, à d'autres qui se sentent appelé⋅es à suivre ce fil, de se rendre compte qu'ils peuvent trouver qui elles, ils, elleux sont et d'être pleinement cela, dès aujourd'hui. D'en ressentir la portée.

Évidemment, au sortir de la méditation, je me trouvais plein d'entrain, d'enthousiasme, j'ai pris quelques notes, inévitablement le temps s'écoulait et il fallait bien cesser la rédaction, refermer l'éditeur de texte. Ce fut sur le moment une frustration, chose à laquelle j'ai heureusement appris à laisser la place pour devenir un temps de maturation, comme je l'évoquais en introduction. L'inspiration est une chose, sa mise en forme en forme et sa maturation en est une autre.

Et, c'est peut-être cela l'enseignement de la lune, la vie s'inscrit dans un temps mesurable à notre œil et à notre portée. Il y a dès lors un temps pour le renouvellement, un temps pour la germination, et un temps pour la maturation. Temps qui sera suivi d'une phase de décroissance pour donner place à son tour à un prochain renouvellement. C'est ainsi que s'est transformé le titre de cet article, il devait parler de la nouvelle lune, il parle désormais de la mise en lumière de celle-ci. L'idée est née à la nouvelle lune, une nuit noire sans lune, elle aura dû attendre d'avoir mûri avec le premier quartier qui grandissait pour voir le jour après avoir été mise en lumière par une nuit de pleine lune.

Je pourrais m'étendre encore longuement sur mes découvertes au sujet du rythme lunaire, mais comme la lune décroît et que ce texte s'allonge, je crois qu'il est plus sage de remettre cela à un prochain article qui viendra parler de la façon dont je commence à entrelacer les rythmes solaire et lunaire.

Aussi, je vais terminer par rassembler les quelques traits que je mets en lumière comme trace de cette période "autour de la nouvelle lune de printemps", "de ce que je suis aujourd'hui".

  1. J'ai une affinité forte avec les runes, depuis le début de mon élan spirituel. J'ai aussi une résonnance très forte avec la culture nordique.

    Bien que je reste sur les Celtes chemins, j'ai décidé de redonner place à cet élan. Ces deux cultures sont sœurs et, dans mon intérieur, elles se complètent comme dans une danse. Aussi, je me suis dit qu'il serait judicieux que j'apprenne à approfondir ce avec quoi j'ai des affinités et déjà des acquis avant de me diversifier encore. Ce qui ne m'empêche pas de continuer à m'intéresser "à ce qui vient" :) Simplement, je choisis de mettre l'effort d'approfondissement là où il aura le plus d'impact et de résonnance au moment présent.

  2. J'ai un cœur de forestier. Si je suis citadin et amateur de technique, j'aime profondément la forêt et tout ce qu'elle véhicule d'imaginaire et d'enchantement. Mon expression bardique passera par la forêt. Cela étant trouvé, elle doit encore se trouver.

  3. La nouvelle lune de printemps se trouvait bien sûr à la période de l'équinoxe de printemps. La méditation a été l'occasion de récapituler comment j'ai vécu cette équinoxe, dans trois de ses déclinaisons :

  4. Le Celtivers prend forme. Ce n'est pas encore très visible, mais les fondations avancent. Encore un peu de patience pour en savoir plus :)

  5. Depuis que j'ai enfin assimilé quelques premières notions d'astrologie et de notre connaissance de la manière dont les anciens l'ont construite, ma perception et compréhension du temps a changé. J'ai depuis eu un intérêt grandissant pour le calendrier luni-solaire des Gaulois. Les recherches de Ialos Armor m'ont bien éclairé en ce sens. J'évoquerai mon rapport nouveau à ce calendrier, cette mesure du temps dans la prochaine publication, tel que je le mentionnais. En guise de prémisces, en prendre connaissance est devenu un appui pour l'expérience que je fais des rythmes de vie lunaires et solaires, qui s'entrelacent en des temps plus longs et des temps plus courts. Pour l'heure, je me contenterai d'expliquer que c'est de là que vient la date "3891mt", il s'agit de l'année comptabilisée à partir de la bataille mythologique de Mag Tured, en 1870 ACN. Année luni-solaire, donc. Puisqu'il me parle de plus en plus de prendre en compte à la fois les cycles solaires et lunaires dans ma pratique, il m'a paru naturel de prendre une référence qui fasse sens. Qui plus est, ça a été l'occasion de pousser la porte de la curiosité et, d'enfin me pencher sur le sujet. Voilà, en guise de fin, de quoi élucider l'origine de cette date dans le titre. Pour la suite, il va falloir attendre le prochain texte. Vient à point, à qui sait attendre, dit-on ^^

J'espère que cette lecture vous aura plu, "à bientôt" pour une prochaine publication :-)

L'équinoxe de printemps du 14 mars 2020 en images

C'est un peu en avance sur la date de l'équinoxe, tout juste avant que toute la France soit amenée à rester chez elle, que déjà nous minimisions nos rencontres et interactions que s'est tenue, comme annoncé, l'équinoxe de printemps de la Rivière Chantante, la fête d'Alban Eilir.

Cette équinoxe de printemps marque aussi une année depuis que la Clairière de la Rivière Chantante est sortie de sa dormance.

Pour cette équinoxe, nous avons célébré le réveil des forces de la nature, nous les avons honorées et nous avons sollicité leur concours pour faire face à l'épidémie devenue pandémie, à laquelle nous ici, et partout dans le monde, sommes confrontés.

Le vivant est soumis a rude épreuve, et plus que jamais, nous nous en rendons compte, la force vitale s'avère précieuse. Pour résister, pour soutenir, pour guérir.

L'équinoxe de printemps, c'est aussi un temps de renouvellement après le dépouillement et le quasi arrêt de l'hiver. Or, ici, pour nous les humains, cet élan est interrompu, nous devons veiller à notre santé et celles de nos proches ou congénères, nos activités sont chamboulées, portées au ralenti, ou surintensifiées selon nos rôles dans la société.

Les événements nous amènent à voir en face la nécessité d'un renouvellement en profondeur. Cette force vitale si précieuse, nous en aurons encore besoin au sortir de la crise épidémique, pour se redresser, pour se défaire d'un système qui entrave le vivant et le néglige.

Pour qui est en première ligne, cela nécessite du courage, des précautions, il est bon de garder le contact avec sa force de vie et veiller à se préserver, de connaître ses limites, trouver la force aussi de refuser l'autorité qui instrumente l'héroïsation pour combler les lacunes d'une gestion mue par une vision économique coupée de la réalité d'ensemble. Il en va de la sorte, également pour quiconque subit toutes les dérives gestionnaires de la situation.

Pour qui est en bonne santé et n'est pas pris dans la tourmente, c'est le moment de réaliser les bienfaits d'un rythme ralenti, de se recentrer sur ce qui est essentiel, de connecter son intériorité, ce qui apaise et comble le manque sur le long terme, de se tourner vers autrui si la morosité vous envahit ou pour partager un sourire, d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe vraiment, d'envisager à apporter son soutien à qui a besoin, et, aussi, préparer l'avenir, un avenir où le vivant retrouve une place au cœur des préoccupations. Il nous faut une vision, d'où émergent fraternité, sororité et solidarité. Parce que c'est nécessaire et vital, pour notre salut, pour notre évolution.

Ce monde que nous laissons derrière nous a eu sa raison d'être, il a eu ses apports, ses découvertes, seulement il nous montre ses limites. Il est révolu.

C'est donc le moment d'inventer, créer et construire un renouveau, sur d'autres fondations, qui portent nos élans, ceux de nos idéaux pour une meilleure harmonie entre les habitantes et habitants de la terre, fondée sur un plus grand respect entre...

Annonce : Équinoxe de printemps le 14 mars 2020

La Clairière de la Rivière Chantante s'apprête à fêter l'équinoxe de printemps 2020. Le rendez-vous sera le samedi 14 mars.

L'équinoxe de printemps 2020 aura lieu cette année le 20 mars à 03h49m.

À ce moment-là, la durée des jours aura dépassé celle des nuits, nous aurons passé la moitié de l'année la plus sombre, ce sera le début des beaux jours qui s'annonce. Bien que la météo puisse nous réserver encore quelques surprises... Et que nous ne savons pas encore trop où nous allons après cet hiver des plus chauds jamais connus à ce jour.

Nous avons déjà vu les jeunes pousses apparaître, nous pouvons entendre les oiseaux chanter avec animation. C'est tôt.

En tous cas, la vie sur Terre se réveille, alors profitons de son élan pour nous relier à Cernunos et aux forces sauvages. Préparons-nous à ressentir la vigueur du Bélier, nous nous approchons du début de son signe.

Pissenlit de printemps
Pissenlit de printemps

Et, tâchons de mettre cette vivacité au service de nos projets les plus porteurs. Autorisons-nous à explorer de nouvelles pistes, cependant rappelons-nous de cultiver ce que nous avons semé à l'hiver.

Célébrons les forces de vie dont la Terre et notre humanité a grand besoin en ces temps troublés. Nourrissons-les de sorte qu'elles soutiennent et animent des initiatives salutaires pour notre bien à toutes et tous, qui sommes du monde vivant.

Édition le 10 mars 2020 : ajout de la photo d'Ithilwen et rectifications typographiques.

Imbolc arrive début 2020, la fin de l'hiver s'amorce

Imbolc arrive. Nous voilà début 2020, dans notre calendrier civil.

Dans notre région du sud, le froid s'est à peine installé il y a quelque temps. Il est là aujourd'hui, lui, le froid. Le soleil, par contre, a déjà repris sa course dans le ciel, et nous profitons dès à présent des journées qui se rallongent.

Dans notre calendrier, les saisons correspondent aux températures ressenties dans nos régions, elles tiennent comptent de l'inertie thermique de la terre. L'été devenant de plus en plus chaud, la sensation de chaleur se prolonge assez loin dans l'hiver. Nous avons l'impression qu'il a à peine commencé, que le froid est à peine tombé, que nous pouvons déjà voir l'effet des jours plus longs sur notre enthousiasme.

Si la Samhain marque le début de l'hiver pour les Celtes, en prenant comme repère la course du soleil, le cœur de l'hiver a lieu au solstice. Imbolc annonce l'hiver qui s'achève pour donner place au printemps, à la prochaine équinoxe.

À son approche et à celle d'une aube nouvelle, période de nettoyage, de protection et de réveil de notre créativité, c'est l'occasion de revenir sur ce que nous avons nourri et visité au cœur de l'hiver.

Petite rétrospective sur notre célébration du solstice d'hiver dernier...

Nous nous sommes réunis le 14 décembre 2019, à la dernière pleine lune avant le solstice, elle était à peine décroissante. Sa guidance nous a accompagné⋅e⋅s subtilement pour la célébration.

Cette fête a vu prendre forme un moment et un espace de rencontre, de trouvailles et retrouvailles, de temps et distances disparates...

Habitué⋅e⋅s du moment, revisite d'il y a longtemps, et découverte après un long voyage, ce solstice s'est déroulé sous le jour d'une diversité renouvelée pour la première fois depuis le temps de sommeil de la clairière.

Nous pouvons remercier Guillemette pour ses photos et les jeux de lumière qui donnent une magie particulière, bienvenue pour restituer l'ambiance de notre solstice.

Autel du solstice d'hiver
Autel du solstice d'hiver

Vous avez ci-dessus l'autel que nous avons disposé, ci-dessous, les offrandes que nous avons préparées.

Offrandes du solstice d'hiver
Offrandes du solstice d'hiver

Nous avons célébré la Nuit, le coeur de l'hiver, nous avons exploré l'obscurité et puis, nous avons fêté la naissance de l'enfant de lumière, le voyez-vous ce nouveau né, accueilli dans sa famille lutins ? Voyez-vous la fée lunaire, cette fée de la nuit qui veille sur lui et l'illumine d'une lumière enchantée ?

Nouveau né au sein de la famille lutins
Nouveau né au sein de la famille lutins, sous la protection de la fée de la nuit

Souvenons-nous en, parce que nous avons l'opportunité de nettoyer bientôt, sous la protection de Brigantia, ce que nous avons rencontré dans l'obscurité. Souvenons-nous en, parce que nous voyons émerger devant nos yeux, la promesse des jours nouveaux, nés de la nuit...

Joyeux Imbolc à vous, c'est tout bientôt !

Et régalez-vous bien des crêpes :-D

Annonce : Solstice d'hiver le 14 décembre 2019

La Clairière de la Rivière Chantante s'apprète à fêter le solstice d'hiver 2019. Le rendez-vous sera le samedi 14 décembre.

Cette année, la Terre passera par le point du solstice de décembre, le 22 décembre à 04h19m (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Solstice#Dates), qui correspond au solstice d'hiver dans l'hémisphère nord.

À cet instant, le soleil occupe sa position apparente la plus basse par rapport aux étoiles, la durée de la nuit est la plus longue dans nos régions.

Nous voilà déjà à la première lune après Samhain. À ce stade, la durée des jours a bien raccourcis et les frimas s'installent enfin après une timide tentative début novembre.

Il est largement temps de rentrer en nous-mêmes, de nous retrancher dans notre caverne, au chaud et dans l'obscurité, éclairé d'une douce lumière, peut-être savourer un feu si nous le pouvons. Ralentir notre rythme comme le fait toute la nature, faire le tri de nos expériences de vie de cette année, et oser regarder les recoins sombres qui nous habitent, pour les accueillir tel qu'ils sont, les remercier pour les enseignements qu'ils nous ont apportés et leur donner l'opportunité de se transformer vers quelque chose de fertile, tout comme le compost s'élabore à partir des déchets pour créer un terreau fertile qui enrichit la terre pendant qu'elle se repose.

Voilà ce à quoi nous invite le solstice d'hiver...

De l'équinoxe d'automne à la nouvelle lune de Samhain 2019

Nous sommes aujourd'hui à la nouvelle lune de Samhain. Depuis l'équinoxe d'automne, la Roue de l'Année a entamé sa course dans la moitié sombre, marquant ainsi le début d'un processus de transformation dans la nature. Progressivement, dans nos régions, les feuillus voient leur feuilles changer de couleur puis tomber, la durée des jours se fait de plus en plus courte que celle de la nuit, les températures refroidissent, les éléments s'agitent, le vent se lève, quelques pluies commencent à arriver, et les oiseaux se mettent à migrer.

Même si tout cela semble un peu au ralenti ou décalé par rapport à ce que nous pouvions connaître avant les perturbations climatiques, ce mouvement que nous avons célébré à l'équinoxe est bel et bien à l'œuvre.

Voici un petit aperçu en images de quelques notes de cette célébration, où nous avions mis le processus de transformation au cœur de notre intention.

Romain, passionné de plantes, peu loin pour se joindre à nous, nous a fait part des particularités et vertus du cynorhodon. Ce faux-fruit, riche en vitamines C, mûr à cette période de l'année, recèle un mystère pour l'automne car il conserve ses vitamines après cuisson alors qu'il se dégrade en 30 minutes à la lumière du soleil...

Fruits de l'églantier
Fruits de l'églantier, par Hans 'Spone' Lemuet, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Fruits%C3%89glantier.jpg

Sur notre autel, les ingrédients pour concocter un breuvage à l'instar de la potion que Cerridwen a fait bouillir dans son chaudron. Quelques cartes ont été disposées pour nous guider dans nos intentions.

Autel de l'équinoxe d'automne
Autel de l'équinoxe d'automne
Offrandes de l'équinoxe d'automne
Offrandes de l'équinoxe d'automne

Depuis, le temps s'est écoulé, nous voilà arrivé au temps de Samhain. La nouvelle lune présente ce jour souligne la plongée que nous entreprenons vers le cœur de la période sombre. Elle nous offre l'opportunité de mettre fin à un cycle, de nous débarrasser de ce qui nous entrave ou nous pèse, de mettre fin à ce qui doit, de transformer ce qui le mérite... Ce qui est opportun avant d'entamer cette nouvelle année celtique.

À vous toutes et tous qui nous lisez, nous vous souhaitons "Un beau temps de Samhain" !

Annonce : Équinoxe d'automne le 22 septembre 2019

La Clairière de la Rivière Chantante s'apprète à fêter l'équinoxe d'automne 2019. Le rendez-vous sera le 22 septembre.

Cette année, la Terre atteindra l'équinoxe d'automne, le 23 septembre à 07h50m (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Équinoxe#Dates), dans l'hémisphère nord.

À ce jour, l'ensoleillement a déjà commencé à réduire, et au moment de l'équinoxe, la durée de la nuit aura atteint et dépassera la durée d'ensoleillement quotidienne pour la durée de l'automne et de l'hiver.

Progressivement, ce phénomène naturel nous invite à prendre un nouveau rythme, à préparer nos réserves et réduire notre activité en préparation à l'hiver qui arrive. Notre métabolisme est conçu pour suivre les cycles de la nature, il évolue en phase avec ceux-ci.

Sur le plan intérieur, c'est le moment de mûrir les choses. Cette étape amorce la période d'introspection qui sera favorisée par notre rythme hivernal. Au préalable, nous avons l'opportunité d'entreprendre un processus de maturation. Ce processus intervient à la période des vendanges, qui verra la transformation du raisin en vin. Il nous invite à intégrer et transformer le fruit de nos expériences récoltées dans la période claire.

L'équinoxe d'automne procède d'une réelle alchimie intérieure, à nous de la mettre à profit pour le meilleur...

Aperçu du solstice d'été fêté le 29 juin 2019

La Lugnasad approche, et avec elle, la célébration de la moisson ainsi que de joyeuses retrouvailles à l'occasion de la traditionnelle assemblée de Lug.

En guise de retrouvailles, une part de la clairière ira retrouver sa clairière amie, La Sente de l'Awen.

Au cours de cet été se prépare aussi une rencontre en Bretagne, le septième Celtival de Brocéliande.

Voilà pour de réjouissantes perspectives. En attendant, nous pouvons déjà nous pencher symboliquement sur les premières récoltes de la moisson, en revenant sur un aperçu de notre solstice d'été.

En effet, si la publication est tardive, ce serait dommage de s'en priver. Et puis, ce deuxième rituel depuis le printemps est tout de même une étape significative pour notre clairière qui se remet en route, d'où la pertinence de l'inclure dans la jeune moisson...

Offrandes du solstice d'été
Offrandes du solstice d'été

Alors, le solstice d'été s'inscrit dans la lumière, l'intensité et dans notre capacité à rayonner comme l'évoque notre annonce de la fête.

Ce jour-là, la chaleur était au rendez-vous ! Les températures étaient plutôt culminantes. S'il y a quelque chose dont nous nous souviendrons, c'est qu'il a fait chaud. Mais pas que de ça, heureusement !

Malgré la chaleur, nous avons tout de même allumé un petit feu, pour y déposer nos offrandes. Nous avons aussi posé nos intentions d'éclat et de lumière (pour nos vies et la Terre).

À cette fête, nous avons mis à l'honneur l'arbre, comme l'évoquent les cartes disposées sur l'autel tout simple ci-après.

Autel du solstice d'été
Autel présenté en toute simplicité pour le solstice d'été : offrandes et cartes des arbres
.

Ces magnifiques cartes nous ont servi de support pour nous connecter à l'essence des arbres que nous avons choisis.

L'arbre a une présence forte dans notre tradition, il y tient un rôle important, tout comme dans la vie, où les recherches nous en apprennent de plus en plus sur eux et nous rendent compte successivement de leurs divers bienfaits dans les éco-systèmes.

Quant à nous, nous l'avons invité à nous pour nous inspirer un soutien dans ce que nous entreprenons et exprimons dans la vie. Puissent les arbres à votre tour vous inspirer force et bienveillance, et vous faire découvrir à quel point ils sont généreux. Prenez soin d'eux et contribuez à les préserver si vous pouvez, ils nous sont précieux. N'oublions pas non plus qu'ils sont porteurs de notre histoire...

Annonce : Solstice d'été le 29 juin 2019

La Clairière de la Rivière Chantante s'apprète à fêter le solstice d'été 2019. Le rendez-vous sera le samedi 29 juin.

Cette année, la Terre passera par le point du solstice de juin, le 21 juin à 15h54m (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Solstice#Dates), qui correspond au solstice d'été dans l'hémisphère nord.

À cet instant, le soleil occupe sa position apparente la plus éloignée de l'équateur, la durée du jour atteint son maximum dans nos régions.

Cet événement a une signification particulière dans la tradition celtique et druidique, il marque une des huits étapes de la roue de l'année, qui rythme le calendrier de plusieurs traditions païennes.

Au cours de cette période, l'intensité lumineuse est la plus grande, c'est le moment pour nous de rayonner de tout notre être, de manifester ce que nous sommes dans le monde.

Nous sommes au cœur de la période claire. Dans la nature, le printemps a vu germer et grandir les nouvelles pousses ; à ce stade, elles vont déployer tout leur potentiel, jusqu'à produire leurs fruits. C'est le moment de mener nos projets à bien pour en récolter la moisson lorsqu'ils seront arrivés à maturité.

C'est aussi et surtout une fête de joie dans laquelle, en la célébrant, nous nous relions à la vie, au sens du sacré, à la nature et aux cycles qui l'imprègnent.